Journée des femmes en Iran : découvrez les paroles exprimées par Maryam Rajavi

Maryam Rajavi

Dans son discours, Mme Maryam Rajavi a exprimé son admiration et son soutien aux femmes courageuses en Iran et à travers le monde qui ont lutté contre l’oppression et la tyrannie pour parvenir à l’égalité. Elle a également salué les femmes de l’OMPI qui ont subi des tortures aux mains des mollahs et celles qui ont protesté contre le régime théocratique actuellement au pouvoir en Iran.

Un mouvement de résistance glorieux

« Les femmes iraniennes sont fières d’avoir lutté contre quarante ans de tyrannie religieuse ignoble, depuis le premier jour jusqu’à présent », a déclaré Mme Maryam Rajavi. « Ils ont produit un glorieux mouvement de résistance.»

Lors de la journée des femmes en Iran, Maryam Rajavi a souligné le rôle que les femmes ont joué dans les manifestations populaires anti-régime qui se déroulent en Iran depuis plus d’un an. « Au milieu de la peur et du silence, ce sont les femmes qui scandent « Mort à Khamenei! » Devant les agents du régime. Ils dirigent les manifestations des travailleurs et deviennent la voix des enseignants et des retraités. Ils incitent les jeunes à se dresser contre les agents du régime », a déclaré Rajavi.

Elle a également salué le courage de ceux qui ont été emprisonnés pour avoir combattu pour la cause de la liberté et a applaudi les nombreuses femmes qui ont assumé des postes de direction dans les unités de résistance de l’OMPI, en déclarant : « Elles persévèrent dans les prisons avec un courage extraordinaire, aux côtés de leurs sœurs. Et, dans les rangs des combattants de la liberté, ils ont créé des Unités de Résistance. » L’intégralité de son discours est à retrouver sur www.maryam-rajavi.com.

L’arche némèse des femmes

Mme Rajavi a ensuite discuté de certains développements récents en Iran. Elle a mentionné la récente nomination par Khamenei d’un membre du tristement célèbre Comité de la mort de Téhéran au poste de chef du pouvoir judiciaire. Le choix de Khamenei pour le chef du ministère de la justice a été l’un des principaux auteurs du massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988, dont la plupart étaient membres de l’OMPI. Beaucoup de ceux qui ont été exécutés étaient des femmes.

Elle a également évoqué les taux de chômage élevés parmi les femmes iraniennes et le fait que le régime n’ait pas résolu le problème. Elle a parlé des mariages d’enfants, qui ont créé des taux épidémiques des sans-abris, de toxicomanie, de prostitution et de pauvreté parmi les femmes d’Iran.

Elle a pris note de la politique misogyne consistant à contrôler les vêtements des femmes, affirmant que des milliers de femmes ont été arrêtées, harcelées et intimidées l’année dernière pour avoir « mal voilé ».

Mme Rajavi a poursuivi en disant que le régime est « L’ennemi juré des femmes et le principal obstacle à la liberté et à l’égalité. Par conséquent, dans un premier temps, toute lutte et mouvement pour les droits des femmes (la liberté et l’égalité) passe par le renversement de la tyrannie religieuse. »

Solidarité à travers l’action collective des femmes

Elle a en outre souligné que les femmes iraniennes détiennent la clé pour mettre fin au règne des mollahs et créer un Iran où les femmes peuvent être traitées sur un pied d’égalité. C’est-à-dire le respect des droits des femmes en Iran.

Dit-elle, “La principale force pour vaincre la dictature religieuse au pouvoir est les femmes iraniennes, qui ont subi le plus gros des injustices et qui ont le plus haut degré de motivation pour renverser le régime.”

Rajavi a souligné que pour atteindre cet objectif, les femmes iraniennes doivent s’unir en tant que sœurs. “Les talents et les potentiels de chaque femme ne peuvent être réalisés au maximum que par la solidarité avec ses sœurs”, a-t-elle déclaré.

« Lorsque l’action individuelle évolue vers une action collective, faire face aux obstacles devient plus facile. Ainsi, chacun de nous peut avancer et être efficace dans la mesure où nous évitons d’abandonner nos sœurs. Nous devons avoir plus de femmes dans nos rangs. »

Mme Rajavi a discuté de l’importance de changer les croyances des femmes sur elles-mêmes et leur rôle dans la société afin d’apporter des changements. Dit-elle,

« Nous devons lutter non seulement pour ce qui est possible, mais pour ce qui doit l’être. Et sur cette voie, changer la mentalité et déloger les propres croyances des femmes est une étape importante et extrêmement impérative. »